Actualités

CONCOURS DE PLAIDOIRIES

Ce fut une année particulière, on a déconfiné, reconfiné, et encore déconfiné , on s’est mis en hybride, on s’est rassemblés, on s’est séparés, on a perdu le fil ,on a gardé la connexion… mais finalement, nous  sommes là.

Confiants, idéalistes ou naïfs, on a commencé par inscrire des citations sur des galets. Il nous fallait tracer un chemin du bonheur dans la cour de récréation, de Gandhi en passant par Mandela, Hugo et ses vers étaient gravés dans la pierre.  Mais non, conditions sanitaires obligent, on a remballé nos galets, remplis des cartons, entreposé tout ça au fond de la classe.  Mais, rien n’a pu élimer notre motivation, on a repris nos cartons, classé nos galets et on les a vendus au marché de noel. Check les galets !

Et puis, on a été encore confinés durant les vacances de Noel. Alors, pour ne pas s’ennuyer, on a pris nos toges, on a déplacé les meubles, on a embauché papa et maman, posé le petit frère sur notre ventre, bombé des casques de chantier et nous voilà des tableaux vivants.

Février arrive, on étouffe. Sac au dos, chaussures de marche aux pieds et masque sur le nez, nous voilà partis pour crapahuter dans les collines de Marseilleveyre. On a transpiré, on  eu des ampoules aux pieds mais on a enfin respiré. Nez au vent et fière allure, une journée à 30 enfin de passée.

Fin d’année, et si on plantait ? Au soleil sous notre verrière, nos éco-délégués des plantes sont allés chercher. Du palmier à la plante araignée, on respire encore plus, la tête dans les nuages et les pieds dans la verdure.

On croyait enfin avoir la paix, mais elle n’était pas assurée. Le concours d’éloquence est maintenu, à vos affaires, à vos papiers , l’avocat et ses conseils donnés, méditation essayée et pratiquée. Nous voilà enfin prêts à disserter.

Mais stop Les rimes et les enjambements, il faut vous expliquer de manière plus sage, ce projet mené d’arrache pied  sans jamais perdre haleine.

Vous pensez que sous nos masques nous n’avons pas respiré, mais nous avons exulté.

 

Le concours 

L’objectif était de travailler l’argumentation et la rhétorique.

Par binômes, les élèves ont inventé des affaires judiciaires de toutes pièces. Une fois mise en place, un autre binôme reçoit par hasard l’affaire et doit construire un argumentaire. Ils tirent au sort qui sera le procureur et qui sera l’avocat. Là, la difficulté commence car ils connaissent déjà les arguments de la partie adverse, il faut donc user de la rhétorique pour convaincre le jury.