Actualités

"IL MEURT LENTEMENT"

Jeudi 10 Octobre 2019, dans la cour de récréation de lycée St Joseph-les - Maristes, un élève de seconde traverse la cour portant un Tee-Shirt étrange, « il meurt lentement celui qui » écrit en rouge sur le devant, et dans le dos « ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements », puis, arrive une jeune fille, qui vient lui parler, elle porte le même Tee-Shirt, mais le dos est différent « celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves ». Deux élèves, de la même classe arborant presque le même Tee-Shirt, c’est insolite. Cela devient vraiment curieux quand d’autres élèves et bientôt toute la classe se retrouve ainsi vêtue, cela ne peut plus être une coïncidence. Le comble de l’étonnement se déroule au self, où les professeurs de la classe arrivent aussi habillés de la même manière « celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne change pas de repères… puis le professeur principal « celui qui évite la passion et son tourbillon d’émotions, celles qui redonnent la lumière dans les yeux et réparent les cœurs blessés », même Mme Gaubert, la directrice de l’établissement a dans son dos écrit « celui qui ne se laisse jamais aider » . Fin de la coïncidence, machination ? ou simplement projet...

L’histoire est simple, tout débute avec l’Education Nationale. Et oui, des programmes, mais gardons en tête notre identité mariste … lisez, vous comprendrez, regardez les photos et vous saurez. En classe de seconde, l’un des objets d’étude travaillé en français est la poésie humaniste, quel serait encore lien entre Marcellin Champagnat et Pablo Neruda ? Tout simplement les valeurs inculquées et le regard sur la vie. De l’humanisme, au carpe diem, en passant par Neruda, le chemin est sinueux et pourtant si direct. La vie n’est pas un hasard, elle ne doit pas se subir. Les jeunes de 2de 4 l’ont compris.

Il meurt lentement celui qui Il meurt lentement

Celui qui ne voyage pas,

Celui qui ne lit pas,

Celui qui n’écoute pas de musique,

Celui qui ne sait pas trouver Grâce à ses yeux.

Il meurt lentement

Celui qui détruit son amour-propre,

Celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement

Celui qui devient esclave de l'habitude

Refaisant tous les jours les mêmes chemins,

Celui qui ne change jamais de repère,

Ne se risque jamais à changer la couleur

De ses vêtements

Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

Il meurt lentement

Celui qui évite la passion

Et son tourbillon d'émotions

Celles qui redonnent la lumière dans les yeux

Et réparent les cœurs blessés Il meurt lentement

Celui qui ne change pas de cap

Lorsqu'il est malheureux

Au travail ou en amour,

Celui qui ne prend pas de risques

Pour réaliser ses rêves,

Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,

N'a fui les conseils sensés.

 

Vis maintenant !

Risque toi aujourd’hui !

Agis tout de suite !

Ne te laisse pas mourir lentement !

Ne te prive pas d'être heureux !

 

Dans ce poème Neruda, énumère toutes les raisons qui font que l’on peut, en un instant, sans s’en rendre compte passer à côté de sa vie, des choses essentielles, celles qui nous font vibrer. Vivre sa vie, ou vivre à côté d’elle, Le temps n’est pas aux regrets. C’est le message qu’il était essentiel de faire passer aux élèves de seconde, une année déterminante, une année de choix, une année qui compte pour leur avenir, il est si facile de laisser passer ses rêves. Nous voilà un beau matin à écrire sur nos Tee-shirt, notre phrase, celle qui nous tire vers le haut, celle que nous scandons dans nos têtes, celle qui nous fait vivre et nous empêche de mourir lentement.

La mise en œuvre fut simple, tout le monde avait le même Tee-shirt blanc, recto duquel était écrit « il meurt lentement » de la même écriture, puis le temps d’une heure sous le regard bienveillant de leurs professeurs (qui ont eux aussi participé au projet) chacun a écrit dans le dos, le vers qui lui convenait le mieux. Toute la journée, ils se sont prêtés au jeu, prenant le temps d’expliquer à tous ceux qui le leur demandait la raison…improbable. De cet accoutrement.

16h : Séance photo dans la cour de récréation Les photos ont défilé, les poses de plus en plus farfelues dans une grande bonne humeur, le message était compris, montré, révélé. La classe s’est vraiment investie car elle a compris le sens du poème.

Avec frénésie, ils avaient tagué sur des planches de fortune, les derniers vers du poème « Vis maintenant! Risque-toi aujourd’hui ! Agis tout de suite ! Ne te laisse pas mourir lentement ! Ne te prive pas d'être heureux ! »  Panneaux dressés bien haut au-dessus de leurs têtes durant les photos, panneaux qui restent dans leur classe, souvenir de cette journée, rappel du message. A la fin du poème, ne pourrions-nous pas rajouter ces vers « Bouge », « C’est maintenant », les thèmes maristes ?

Rassurez-vous, ils ont bien compris qu’il ne fallait pas jeter en l’air leur cahier, fuir Le lycée pour partir faire le tour du monde. Ils ont compris qu’ils étaient les acteurs de leur vie, de leurs choix.

Quelle serait votre phrase, que graveriez-vous dans votre dos ?

Un poème, un projet, une classe soudée, un grand avenir.

Agenda

  • 04
    02/2020
    Réunion d'informations pour le voyage à Berlin
  • 04
    02/2020
    Épreuve commune en LVB pour les Premières
  • 10
    02/2020
    Semaine de stage d'observation en entreprise pour les troisièmes
  • 15
    02/2020
    Vacances d'Hiver
  • 02
    03/2020
    Arrêt des notes du Deuxième trimestre
  • 03
    03/2020
    Épreuve commune Histoire Géographie pour les Premières
  • 10
    03/2020
    Épreuve commune LVA pour les Premières
  • 24
    03/2020
    Épreuve commune en LVB pour les Premières
  • 30
    03/2020
    Evaluation EPS numéro 3 pour les Terminales
  • 31
    03/2020
    Bac Blanc Français numéro 2 pour les Premières
  • 02
    04/2020
    Course de la solidarité
  • 04
    04/2020
    Sortie Via Ferrata pour les familles des classes environnement
  • 06
    04/2020
    Début de la semaine sainte